mercredi 9 août 2017

Transfiguré, ressuscité !

Homélie pour la fête de la Transfiguration
Dimanche  6 aout 2017
Eglise Saint Malo de Paramé


Frères et Sœurs,

Il est des évènements de la vie qui bouleversent les choses, qui font regarder les êtres, le monde autrement. C’est ce que j’ai vécu hier samedi. Au cœur des ténèbres de la mort, une lumière a jailli. Aussi au lieu de me lancer dans une grande explication théologique de l’expérience évangélique éminemment lumineuse de la Transfiguration, je voudrais tout simplement vous parler d’une amie.

Cette amie, Myriam, est née à Rennes, il y a 31 ans. Elle a vécue son enfance dans une petite commune au nord de Rennes dans une famille aimante mais marquée par le grave handicap du papa qui ne pouvait marcher. Malgré cela, comme jeune vicaire de leur paroisse, j’ai été frappé par la très grande générosité de ses parents. Ainsi leur troisième enfant a été adopté. Ainsi aussi, ils étaient toujours prêts à se mobiliser pour la paroisse comme pour les causes humanitaires des associations de la commune. Myriam a donc grandi dans cette ambiance marquée par une foi profonde, la générosité d’âme sans être épargnée par les épreuves de la vie.

Jeune, Myriam s’est engagée à fond, « sans compter » comme dit la prière scoute, dans le guidisme. Elle en a gravi toutes les étapes jusqu’à devenir cheftaine de guides ainées encore ces dernières années. Car comme le dit l’adage : « scout un jour, scout toujours ». Myriam était cette grande sœur qui sait écouter quand il le faut, encourager si besoin, conseiller avec prudence ou mettre en garde aussi, à l’âge décisif où l’on fait ses premières expériences d’une vie d’adulte. Myriam savait faire grandir l’autre par sa bienveillance manifeste et son regard positif.

Elle s’est aussi beaucoup donnée pour sa paroisse. A chaque fois que demandé, elle a mis ses compétences musicales au service de la liturgie. Elle savait être là discrètement mais bien présente.

Notre diocèse et singulièrement la Pastorale des Jeunes a aussi profité de ce dynamisme qu’on pouvait croire inépuisable. A son initiative et avec quelques compagnons, nous avons vécu un week-end d’évangélisation à Rennes au cœur de l’hiver, voulant transmettre la joie de Noël à tous. Ainsi était né « Braise in Breizh » ! Myriam a été présente aussi dans la proposition des JMJ aux jeunes du diocèse, dans la pastorale étudiante. Lorsqu’elle faisait ces études, elle fut, avec d’autres, l’initiatrice d’une coloc’ étudiante qui associait études, vie fraternelle, prière joyeuse et évangélisation.

A l’issue de ces études, Myriam devint comptable : pas le métier le plus excitant du monde ! Pourtant, elle avait le chic pour présenter un bilan avec le sourire ! Et rendre une A.G. rébarbative toute sympathique ! Elle met ses talents professionnels au service de l’Enseignement Catholique… Car difficile pour elle de séparer sa foi ardente et son travail. Quelle chance pour les établissements qu’elle a suivis !

Sur son chemin, elle a aussi rencontré Jelle qui devint son mari il y a une dizaine d’année.  De leur amour, deux enfants sont nés : Domitille et Ambroise. Un foyer heureux, toujours ouvert aux amis de passages. Plusieurs séminaristes par exemple, aujourd’hui prêtres, peuvent témoigner, qu'ils aimaient bien venir partager une soirée en famille.

Il y a 9 mois, Myriam a accompagné ses guides ainées à Paray Le Monial. Là, elle a découvert la dévotion au Cœur sacré de Jésus. Elle a alors fait cette prière : « Je confie au Coeur de Jésus ma personne et ma vie mon coeur, mon intelligence, ma mémoire et ma volonté, mes joies et mes peines, mon passé et mon avenir, afin que tout ce que je ferai et souffrirai soit pour l’amour et la gloire de Dieu. ».

Il y a 9 mois aussi, Myriam a commencé à ressentir des douleurs au dos. Elle a alors consulté… Et l’on a découvert un cancer des os, là depuis trop longtemps déjà. Myriam commence alors son chemin de croix, son combat avec le courage, la force qu’on lui a toujours connue. A la maison ou à l’hôpital, elle étonne tous ces visiteurs. Son mari témoigne : « au cours de ces sept mois, Myriam a renouvelé ma foi. Elle m’a fait vivre une nouvelle conversion ». Myriam la souffrante est encore évangélisatrice…

La semaine dernière, un peu de répit permet de partir en famille dans la maison de vacances au bord de la mer. Cet océan qu’elle aime particulièrement. J’ai été le témoin des escapades du dimanche à Saint Malo qui se commençait par la messe dominicale partagée avec notre communauté de Paramé. Et mercredi soir, Myriam s’est éteinte.

Mais cette expression commune est tout à fait impropre pour elle. Myriam ne s’éteindra pas ! Elle brille encore. Juste avant de mourir, au prix d’un énorme effort, elle a fait un signe de croix. Et avec son mari, elle a choisi la prière d’abandon du Bx Charles de Foucauld pour la célébration de ses obsèques : « Mon Père, je m’abandonne à Toi. Fais de moi, ce qu’Il te plaira ».

Myriam brille encore dans le cœur de Domitille, sa petite fille de 6 ans qui a expliquée à son papa : « Maman : elle a fait comme Jésus. Elle est morte, elle est ressuscitée. Elle est au ciel où elle n’est plus malade. » La vérité sort de la bouche des enfants.

L’image qui m’est venue quand j’ai appris le décès de Myriam est celle d’une « vive flamme ». La flamme ardente qu’elle était, brillante d’une lumière qui la dépasse, d’une lumière qui vient de Dieu, une lumière qui transfigure, une lumière de Résurrection.

En ce dimanche, l’Eglise, nous invite, avec Pierre, Jacques et Jean, à contempler le Christ transfiguré, qui annonce déjà sa Résurrection. Ainsi « qui regarde vers Lui, resplendira, sans ombre ni trouble au visage ». Je vous invite donc à chercher et à trouver les « Myriam » qui vous entourent. Ces femmes, ces hommes qui sont témoins de lumière dans notre monde. Ces Pierre, Jacques et Jean qui reviennent de la Transfiguration et en sont illuminés car ils ont rencontré le Christ vivant et en témoignent. Qui sont-ils pour vous ces « disciples-missionnaires » ?

Je vous invite aussi à être vous-même, les uns pour les autres, les témoins lumineux de la rencontre avec la Joyeuse Lumière, le Soleil Levant, le Christ ressuscité.

Amen.

-->
P. Olivier+