dimanche 3 février 2013

Redevenir prophète !




Homélie 4é dimanche T.O.

« Cher Diocèse de Rennes, il te faut redevenir prophète ». C’est ainsi que Mgr d’Ornellas adressait ses vœux à notre diocèse il y a quelques jours. « Ce je voudrais dire avec beaucoup d’affection et une grande confiance à tout le diocèse, en reprenant à mon compte ce mot du livre de l’Apocalypse : « Il te faut à nouveau prophétiser sur les peuples, les nations, les langues et les rois en grand nombre. » (Ap 10,11) disait-il « car l’Eglise a une vocation prophétique. » Voilà bien une invitation relayée par les textes de ce dimanche. Cette mission prophétique est pleinement assumée par le Christ, au risque de rendre furieux ses auditeurs qui veulent sa mort. Mission annoncée par le Seigneur à Jérémie : « je fais de toi un prophète pour les peuples ». Enfin Saint Paul décrit le sens de cette mission en prophétisant la suprématie de l’amour. Nous ne pouvons donc pas nous cacher derrière notre petit doigt et dire que nous ne savions pas. Au milieu de ce monde, nous devons faire entendre une voix prophétique, sans doute discordante, sans doute exigeante mais essentielle. « Comment le chrétien est-il prophète ? » demande Mgr d’Ornellas. « Quand foi vivante et charité active sont intimement reliées en lui. Par la foi, il se reconnaît tout petit devant Dieu et « ami de Dieu ». Par l’amour, il se fait modeste devant chaque personne, en particulier la plus fragile, et se veut « ami des hommes ». Le prophète reconnaît en Jésus son modèle, lui qui est « doux et humble de cœur » (Mt 11,29). »


Chers amis, dans les débats qui agitent notre société et qui peuvent à juste titre nous inquiéter, nous ne devons pas nous étonner de faire entendre une voix dissonante, une voix qui dérange même et qui n’est pas d’emblée comprise et acceptée. Comment pourrions-nous nous en étonner vraiment ? « Mais Lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin ». Ce que nous devons retenir de Jésus, c’est cette assurance qui lui fait traverser une foule furieuse et poursuivre son chemin. La scène est presque irréelle… Cette assurance doit être la nôtre. Elle nous fait espérer contre toute espérance, aimer contre toute haine et avoir une foi à déplacer les montagnes. Oui nous pouvons nous poser des questions sur l’évolution du couple et de la famille. Mais désespérer n’est pas une attitude chrétienne. Car nous savons sur quoi est fondée notre espérance. Sur l’amour. Et l’amour ne passera pas. Les prophéties disparaitront… Mais l’amour ne passera pas. Soyons les prophètes de l’Amour en ce temps, en ce monde. Dans le peuple chrétien, certains ont été appelés à en témoigner de manière particulière : les religieux et religieuses. Qu’ils soient dans le monde, c’est la vie apostolique ou dans un monastère avec la vie contemplative. Plusieurs communautés sont présentes dans notre paroisse. Rendons grâce à Dieu pour leur témoignage. Merci au P. Bedu et Sœur Carmen d’avoir accepté notre invitation à prendre la parole.

Amen !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire