dimanche 20 avril 2014

Victoire !

Homélie du Saint Jour de Pâques
Frères et Sœurs, cette nuit de Pâques, nous avons remporté une grande victoire ! Et je ne veux pas parler de la victoire du PSG en Coupe de la Ligue ! Non, en cette nuit, c’est bien un triomphe, une victoire que nous voulons vous annoncer ! En cette nuit, le côté obscur de la Force a été définitivement vaincu ! Les plus cinéphiles d’entre vous auront bien sûr reconnus une allusion à  la sage Star Wars, la guerre des étoiles. Un des grands spécialistes de cette épopée cinématographique qui n’en finit de finir… ou de commencer… disait il y a quelques jours à la radio que le modèle par excellence pour le scénariste de Stars Wars, c’était l’Evangile. C’est Jésus. Petit rappel pour ceux qui ne sont pas initiés : le personnage central Anakin Skywalker a cédé à la tentation du côté obscur de la Force pour devenir Dark Vador. Puis il connait sa rédemption grâce à l'action de son fils, Luke. Alors George Lucas, le créateur de cette sage, a t-il été vraiment inspiré par l’Evangile ? Sans doute pas autant que par d’autres auteurs de science-fiction. Mais laissons ce débat aux exégètes de son œuvre. Et revenons à notre victoire… ou plutôt à la victoire du Christ !

Oui, frères et sœurs, nous l’avons vu en cette nuit : le coté obscur de la force a été vaincue. Par la lumière du feu allumé sur le parvis, puis celle du cierge pascal, puis celle de chacun des petits cierges qui ont illuminés notre église. Encore une fois, nous avons été plus fort que la nuit, nous avons éclairé cette nuit, comme Jésus le Christ, par sa résurrection a éclairé définitivement toutes les nuits du monde.

Inutile d’en faire une litanie mais nous savons bien que notre monde souffre. Ou plutôt que beaucoup d’hommes et de femmes de notre monde souffrent des fléaux de la guerre, de la pauvreté, de la maladie ou tout simplement mais parfois tout aussi tragiquement de la solitude dans notre société pourtant hyper-médiatique. Et les solutions qu’apporte la techno-science sont parfois tout aussi désastreuses. Pensons à ce qui se réfléchit au niveau du début ou de la fin de la vie. Nous jouons bien souvent les apprentis sorciers d’une vie qui ne nous appartient pas et pour des raisons parfois bassement économiques en négligeant les vraies axes d’une recherche humainement responsable.

Mais ce que nous dit pourtant la Bonne Nouvelle, l’extraordinaire nouvelle de ce jour de Pâques, c’est que malgré tout cela, une lumière existe. La Lumière existe. Le Christ est la lumière qui a traversé la nuit de la mort et veut éclairer tout homme. Le Christ a ouvert définitivement une brèche dans nos nuits humaines pour lui… et pour chacun d’entre nous. Oui, ce que nous voulons réaffirmer ensemble ici, c’est bien que nous avons avec Dieu la force de vaincre ce que le très futur Saint Jean Paul II appelait les stigmates de la « culture de mort ». La pauvreté peut être combattue. La paix peut gagner sur la guerre. Nous avons eu il y a quelques mois un bel exemple avec l’hommage à l’action déterminée de Nelson Mandela en Afrique du Sud. La santé peut être recherchée avec une médecine clairement orientée vers la vie.

Et ces combats, nous en sommes les acteurs. Au quotidien. Mais jamais seuls. Car « sans Lui, nous ne pouvons rien faire » rappelle Saint Jean. Ayons donc l’humilité de reconnaître que nous ne pouvons pas tout faire ! Que la Résurrection du Christ est notre force pour vivre. C’est le beau témoignage que nous ont donné cette nuit Margot, Malvin, Inés, Thomas, Audrey, Leeloo, Leïla et Nam qui ont reçu le baptême. 2 Enfants, 4 jeunes et 2 adultes. Ils nous disent à leur manière : « Seigneur, je ne peux pas vivre sans Toi ». Sans toi, il manque une pièce centrale au puzzle de ma vie. Il faut parfois longtemps pour s’en rendre compte. « Bien tard, je t'ai aimée, ô beauté si ancienne et si nouvelle, bien tard, je t'ai aimée ! » a écrit le grand Saint Augustin dans ces Confessions. Mais il n’est jamais trop tard. Cette semaine encore, je recevais deux femmes qui demandent la confirmation qu’elles n’ont pas reçue dans leur jeunesse. Et aujourd’hui, elles disent combien il est important de recevoir ce sacrement pour leur vie. Le baptême qu’ont reçu les catéchumènes est une vie nouvelle. Ils ont été plongés dans la mort et la résurrection du Christ. Le baptême que nous avons reçu, frères et sœurs, nous a ouvert à nous aussi cette vie nouvelle. Alors qu’avez-vous fait de lui ? « France, fille aînée de l'Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » interrogeait le jeune Pape  Jean-Paul II lors de son voyage dans notre pays en 1980. Ces huit baptêmes, comme ceux des plus de 5000 jeunes et adultes en France cette nuit, doivent nous interroger : comment dans nos vies, allons-nous faire jaillir la lumière de Pâques ? Etre fidèle à l’engagement de notre baptême ? Comment notre visage d’abord, mais surtout notre cœur vont accueillir la joie d’une aurore nouvelle sur le monde ? Comment allons-nous nous laisser toucher par ce cri de premier-né qui dit « je veux vivre » ?

Frères et Sœurs,
Je veux aujourd’hui m’adresser plus particulièrement à tous ceux et celles qui ont des raisons d’être tristesse, voir de pleurer. Tous ceux et celles qui, comme Jésus, portent une lourde croix. C’est pour vous que Jésus a souffert, c’est vos souffrances qu’Il est venu porter. Et c’est pour vous que le Christ est ressuscité ! Ouvrez vos cœurs à cette vie donnée en abondance ! « Car, si nous sommes déjà en communion avec lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons encore par une résurrection qui ressemblera à la sienne. » affirme Saint Paul. Ressusciter vient d’un verbe grec egeiro qui veut dire relever. Jésus le Christ s’est relevé de la mort. Il vient nous relever de la mort. « Soyez donc sans crainte : il est ressuscité d’entre les morts !»

Et vous tous, frères et sœurs,
Comme les femmes de l’évangile, Jésus le Christ vous dit : « soyez sans crainte : allez annoncer à mes frères » qu’Il est ressuscité. Allez consolez ceux qui pleurent ! Allez soigner ceux qui sont malades ! Allez nourrir ceux qui ont faim ! Allez porter la paix à ceux qui se déchirent ! Allez faire briller la lumière de Pâques dans toutes les nuits du monde !

 Car aujourd’hui : c’est la victoire de la Lumière !
C’est la victoire de la Vie !
C’est la victoire de l’amour ! Alléluia ! Amen !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire