vendredi 15 mai 2015

L’amour toujours l’amour

Homélie 5é dimanche de Pâques. 

Ce matin encore deux lectures font explicitement référence à l’amour… Et je ne peux m’empêcher d’entendre cette critique de certains : « L’amour : les chrétiens, vous n’avez que ce mot à la bouche.»  Et derrière il faut entendre : « ce commandement de Jésus : qu’en faites-vous ? ». Ce reproche n’est peut-être pas infondé.

Durant ma vie de prêtre, j’ai été deux ans dans une paroisse parisienne comme prêtre étudiant. Cela m’a amené à entendre plusieurs fois prêcher le Cardinal LUSTIGER. Il m’est venu cette conclusion. En fait, quelle que soit l’assemblée, la fête, l’Evangile, il revenait toujours à la même chose : il annonçait à cette assemblée qu’elle était aimée de Dieu qui ne sait faire qu’aimer, nous aimer… Ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est Lui qui nous a aimé. Car « Dieu est amour » , écrit Saint-Jean. « Moi aussi, je vous ai aimé, comme le Père m’a aimé » dit Jésus à ses disciples.

À l’heure où nous tentons, par tous les moyens, de trouver de nouvelles sources d’énergie, en voici une formidable pour notre vie chrétienne : l’amour de Dieu. Cette certitude qui doit être la nôtre, d’être aimé, infiniment aimé. Et ça n’a rien à voir avec l’une de ces caricatures de l’amour que notre société sait si bien mettre en scène. Ce n’est pas de l’amour à l’eau de rose, dégoulinant de bons sentiments. Non, c’est l’amour exigeant car nous relevons ainsi du choix de Dieu. Dieu nous a choisi pour nos aimer : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi… ». Dieu a choisi de nous aimer chacun. Cela change la relation : nous ne sommes plus serviteurs mais amis, nous entrons dans l’intimité du Maître. Nous devons être habités de cette certitude.

Frères et Sœurs, êtes-vous sûr d’être aimés de Dieu ? Car cela change tout. Cela nous donne une vraie assurance dans la vie.

 Hier soir dans une équipe de couples,  un membre disait avec sérieux : « ma vie a changé le jour où j’ai découvert que Dieu était là ». Car Dieu n’est pas un menteur. Il aime « en acte et en vérité ». La phrase de Saint Jean « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi mais moi qui vous ai choisi… » a été pour moi une clé pour ma vocation de prêtre. J’ai entendu Jésus me le dire… Depuis, j’ai confiance. Il m’arrive de me tromper, de douter parfois mais c’est quand j’oublie que Dieu m’aime, qu’Il est l’ami fidèle qui ne déçoit pas ! Saint Louis Marie Grignon de Montfort disait ceci : « Si on ne hasarde quelque chose pour Dieu, on ne fait rien de grand pour Lui ».

Se savoir aimé de Dieu nous aide à oser faire de grandes choses pour Lui. Hier, avec les enfants qui préparent leur première communion, nous sommes passés devant la petite ferme Lemarié où Amélie Fristel débuta son œuvre. En levant le regard, on aperçoit la grande maison mère des Sœurs et Keriadenn.  Qui aurait cru à un tel développement en 1854 ?

Jésus nous le dit et le répète : « Demeurez dans mon amour ». Pourquoi ? Parce que là nous avons le roc sur lequel bâtir une maison solide et durable, faire de choix solides et durables. C’est sur ce roc de l’amour de Dieu que l’on doit construire une communauté chrétienne, notre communauté chrétienne, afin qu’elle soit signe, qu’elle porte du fruit, un fruit qui demeure. Être aimé nous commande d’aimer à notre tour !


Je voudrais tant que vous sentiez cette force d’amour et qu’elle brille dans vos yeux en sortant de cette église ce matin. Que ceux qui vous croisent, disent : « Voyez comme ils s’aiment ». Plus qu’une condition ou un commandement, Jésus nous laisse un défi : aimer à mesure de son amour sans mesure, sans limite, sans frontière !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire